Search
Generic filters
Exact matches only
Image générique agenda

Lieu

Cercle Royal Gaulois Artistique & Littéraire
Rue de la Loi 5, 1000 Bruxelles, Belgique
Catégorie

Plus d'Infos

Lire la suite
QR Code

Date

01 - 02 Déc 2018

Heure

All of the day

Salon Écrire L’Histoire de Bruxelles

Retrouvez nos auteurs Claude-Catherine Kiejman, Antoine Lefèbure et Olivier Poncet au salon Écrire L’Histoire de Bruxelles les 1er et 2 décembre.

Svetlana était la fille unique et chérie de Joseph Staline. En fuyant l’URSS en pleine guerre froide, la« petite princesse du Kremlin » devient une héroïne, mais ne parviendra jamais à échapper au fantôme du tyran rouge. Adorée par son père et tenue à l’écart de ses massacres, Svetlana mène une enfance insouciante, jusqu’à la mort de sa mère dans des circonstances mystérieuses. à 17 ans, elle tombe amoureuse d’un cinéaste juif mais Staline le fait envoyer au goulag. Suivent deux mariages, deux enfants, deux divorces. éprise de liberté, la fille du tyran fuit seule l’URSS et pose le pied sur le sol américain en avril 1967. En publiant ses Mémoires, elle dénonce le régime soviétique et parle de son« monstre de père ». Désormais à la une de la presse du monde entier, elle déclenche la fureur du KGB. Mais la célébrité n’adoucit pas la nostalgie d’un pays qui lui est si cher… Fille meurtrie, femme mal-aimée, éternelle errante, Svetlana (1926-2011) nous touche par son destin tourmenté marqué du sceau de l’histoire russe du xxe siècle.

De Jules Mazarin (1602-1661), ses contemporains ont tout dit, sur le ton de l’emphase et de l’admiration aussi bien que sur le mode de la détestation et de la moquerie. Aujourd’hui, les historiens veulent en retenir la figure de l’homme d’état, les prouesses du politique, la patience du diplomate, la générosité du mécène et le goût du collectionneur. La réussite de l’homme qui fit venir en France presque toute sa famille, dont ses fameuses nièces, semble ainsi admirable. Pourtant, le personnage déroute dès qu’on le ramène sur les terres italiennes qui l’ont vu naître. Audacieux ou défait dans la négociation, pressé et déraisonnable dans l’action, gauche et passionné dans l’expression, Mazarin, dans ses rapports avec Rome et avec l’Italie, n’est pas toujours celui que l’on attend. Questionner les liens de Mazarin avec l’Italie du Seicento permet de mieux comprendre l’homme : ils nuancent l’action du ministre, ils précisent les espoirs du mécène, ils expliquent la discrétion du chrétien. Son ministériat constitue aussi le chant du cygne, à l’âge moderne, de l’intense dialogue politique et artistique entretenu par la France et les Français avec l’Italie depuis la fin du Moyen âge. Contempler le visage de Mazarin renvoyé par le miroir italien, c’est enfin revisiter les notions d’identité et de patrie dans l’Europe du XVIIe siècle.

De 1940 à 1944, alors que les Français vivent le pire, Vichy invente un outil diabolique : le Service des contrôles techniques, chargés de surveiller les Français à travers leurs correspondances et leurs communications téléphoniques. Rapidement, cet organe ultrasecret de surveillance sert à des fins policières : identifier les dissidents, repérer les ennemis de l’état et faire la chasse aux juifs. 5 000 fonctionnaires tenus au secret travaillent dans l’ombre pour fournir quotidiennement aux dirigeants des rapports sur ce qui se dit et se trame. Des hommes aussi retors que redoutables – tels l’amiral Darlan ou René Bousquet – font de cette officine une « machine de guerre » très dangereuse pour ceux qui ont le malheur d’avoir été repérés, avec le risque d’être emprisonnés et envoyés dans les camps, d’où peu d’entre eux reviendront. Après de longues recherches aux Archives nationales, Antoine Lefébure dévoile aujourd’hui des milliers de lettres et d’échanges téléphoniques. Ces histoires où se mêlent témoignages bouleversants, banalités du quotidien et récits épiques révèlent une France occupée à la fois inconnue et au plus près de la vérité.

Les relations tendues entre les états-Unis et la Russie signent-elles le retour de la guerre froide ? Quelles sont les racines de la guerre en Syrie ? Quand a-t-on inventé le poste de président de la République ? En quarante textes, François Reynaert jette des ponts entre le passé et le présent pour expliquer l’actualité par l’Histoire. Grâce à son art de la synthèse, son sens de la pédagogie, l’originalité de ses points de vue et la diversité de ses sujets – de l’histoire millénaire de Mossoul à une brève histoire du poil en politique –, François Reynaert donne à l’actualité la profondeur de champ qui lui manque trop souvent. Historama nous entraîne dans un voyage distrayant, stimulant et passionnant.

« Le jour où on écrira l’Histoire, on dira que c’est une femme qui a permis à l’état juif de voir le jour. » David Ben Gourion Née à Kiev en 1898, Golda Meir fuit avec sa famille la terreur des pogroms et trouve refuge aux états-Unis. En 1921, elle émigre en Palestine avec son mari et s’installe dans un kibboutz. Militante infatigable de la cause sioniste, elle signe la déclaration d’indépendance d’Israël le 14 mai 1948. Ministre du Travail, ministre des Affaires étrangères, secrétaire générale du Parti travailliste, elle est nommée Premier ministre en 1969, à l’âge de 71 ans. Près de quarante ans après sa mort, Claude-Catherine Kiejman enquête avec finesse sur les ressorts de cette personnalité hors du commun. On découvre alors une grande figure de l’histoire du XXe siècle.

Jamais une First Lady n’a été aussi populaire qu’Eleanor Roosevelt (1884-1962). Connue pour son humanisme, ses fortes convictions et sa générosité, l’épouse de Franklin Delano Roosevelt donne une dimension politique au rôle d’hôtesse de la Maison Blanche en défendant les plus démunis, les femmes, les pauvres et les Noirs.

Grâce à des témoignages inédits, Claude-Catherine Kiejman raconte le destin singulier d’une femme de tête dont la vie se confond avec l’histoire des états-Unis.

Longtemps journaliste à France Culture, Claude-Catherine Kiejman a collaboré à de nombreux journaux, dont Le Monde et L’Express. Elle est déjà l’auteur de plusieurs biographies, dont Clara Malraux l’aventureuse (2008).

À propos de Claude-Catherine KIEJMAN

Longtemps journaliste à France Culture, Claude-Catherine Kiejman a collaboré à de nombreux journaux, dont Le Monde et L’Express. Elle est déjà l’auteur de plusieurs biographies, dont Clara Malraux l’aventureuse(2008) et Eleanor Roosevelt (Texto, 2014).

À propos de Olivier PONCET

Olivier Poncet, ancien membre de l'école française de Rome, est professeur à l'école nationale des chartes où il enseigne l'histoire des institutions et des archives de l'époque moderne. Il est l'auteur, entre autres, de La France et le pouvoir pontifical (1595-1661). L'esprit des institutions (école française de Rome, 2011).

À propos de Antoine LEFÉBURE

Historien, spécialiste des technologies de communication, Antoine Lefébure explore depuis trente ans les relations entre pouvoir politique et information. Il est notamment l’auteur d’Havas. Les arcanes du pouvoir (1992) et de L’Affaire Snowden. Comment les états-Unis espionnent le monde (2014).

À propos de François REYNAERT

François Reynaert, journaliste et écrivain, a publié des romans et des essais. Son histoire de France, Nos ancêtres les gaulois et autres fadaises, a été un best-seller.

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.